Les grands acteurs High Tech américains (GAFA) ou chinois (BATX) sont-ils si loin… ? Que se passe-t-il pendant que nos entreprises sont, à juste titre, mobilisées à tenir leur budget, atteindre leur objectif de CA ou d’EBITDA ?

Les GAFA ou BATX sont en train de grignoter notre vieux continent

#Travel :
Airbnb a bousculé tout le secteur de l’hôtellerie, dont notre fleuron Accor qui n’a pas dit le dernier mot.

#Education :
Apple et Samsung sont en train d’équiper nos écoles de leurs tablettes qui seront la pierre angulaire de l’enseignement de demain en France et Europe. Sqool (acteur français) essaie de tirer son épingle du jeu, seul, sans soutien de l’Etat ou d’industriels.

#Leasure :
Vivendi, précurseur de l’abonnement vidéo il y a 13 ans, a vu déferler Netflix ou Amazon Prime dans les coins du monde.

#Automobile :
Faut-il avoir peur de nouveaux entrants comme Tesla qui pour l’instant ne pèsent pas lourd en part de marché face à Peugeot ou Renault ?

#Bank :
Nos banques comme le Crédit Agricole, la BNP, HSBC ou BNP continuent de se battre les unes contre les autres pendant que Apple annonce le lancement de son Apple Card (Keynote March 2019) ou que Revolut gagne chaque jour quelques milliers de nouveaux clients.

Ce ne sont que quelques exemples, mais la menace est bien là, aujourd’hui : Google, Amazon, Facebook, Apple mais aussi Xiaomi, Tencent, WeChat, Alibaba, Baidu, ces acteurs chinois qui après avoir conquis l’Asie, s’attaquent au reste du monde.

Nos petites françaises ont des atouts… qui pèsent…

Nos entreprises, françaises et européennes, ont 4 atouts en or. Des atouts qui peuvent aussi se retourner contre elles.

  1. Des marques à très forte notoriété, mais qui manquent parfois d’émotion
  2. Un portefeuille clients très convoités, reste à savoir et pouvoir exploiter les datas
  3. Des équipes expertes, confrontés à la difficulté de remettre en cause leur mode opératoire
  4. De l’argent, une formidable capacité d’investissement, parfois sous-exploitée.

Passer en mode d’innovation de rupture

Pour se lancer à la conquête de nouveaux territoires, de nouveaux marchés, de nouvelles façons de consommer, il est quasi impossible d’appliquer les recettes qui ont fonctionné depuis 40 ans. Une rupture est indispensable.

Voici 4 règles à respecter (selon nous) :

  1. Couper le cordon ombilical : accepter de lancer de nouvelles activités dans un espace distinct de la maison mère, avec des entrepreneurs non éduqués à respecter toutes les règles, avec un espace-temps différents, faire en 2 jours ce que d’autres font en 6 mois.
  2. Accepter l’inconnu : l’innovation n’est pas une fin en soi et ne se décrète pas. Mais, confier et faire confiance à des entrepreneurs d’atteindre un objectif qu’ils porteront permet de démultiplier l’énergie créatrice. On se sait jamais ou on part dans une aventure entrepreneuriale, il faut l’accepter, mais avec de bons entrepreneurs ont atteint toujours des sommets.
  3. Avoir une logique de sélection naturelle : l’échec fait partie du chemin de la réussite. Lancer plusieurs initiatives, avec des moyens réduits : stopper au bout de 12 à 18 mois celles qui ne donnent pas satisfaction et au contraire, investir massivement dans celles qui décollent.
  4. S’associer : on ne peut rester consanguins pour réussir des aventures auxquelles nous ne sommes pas préparées ; il est impératif de s’associer avec des personnes ayant l’agilité d’entreprendre, de contourner, de trouver, mais aussi des personnes ayant une expérience qui permettra d’aller plus vite.